Geneve : le marché immobilier

Geneve : le marché immobilier

Vous vendez un bien immobilier ?

Estimez votre bien immobilier en quelques clics sur notre simulateur doté d’intelligence artificielle.

Estimez votre bien immobilier en Suisse (Genève, Lausanne, Berne...)

 

Dans la ville de Geneve, si l’on se réfère aux transactions réalisées en 2018 ou 2019, le marché immobilier reste stable avec près de 592 biens immobiliers échangés . Par rapport aux années précédentes, il enregistre pourtant une nette amélioration. Zoom sur le marché immobilier à Genève.

 

Où se situe Geneve en Suisse ?

Genève est située à la pointe sud du lac Léman. A proximité des montagnes du Jura et des Alpes. Elle est la deuxième ville la plus peuplée de Suisse après Zurich. La population totale, selon les critères retenus, était de 495 249 habitants en 2018.

Pour mieux comprendre le dynamisme du secteur immobilier de Genève, il faut appréhender les caractéristiques mêmes de ce canton. En effet, Genève est une ville reconnue tant sur le plan économique que sur celui diplomatique. Elle est également célèbre pour sa douceur de vivre qui vient de sa localisation, au bord du lac Léman ou Lac de Genève. La sécurité qui y règne et la politesse de ses habitants en font aussi un endroit à part, idéal pour ceux qui sont en quête d’environnement sécurisant où mener une vie calme.

Sur le plan financier, Genève est qualifiée de plaque tournante de la finance. Pour cause, elle attire les entrepreneurs des quatre coins du globe. Ce sont notamment les HNWI ou les high-net-worth-individuals qui affectionnent les investissements fructueux dont les biens immobiliers de haut de gamme. Il en existe un grand nombre à Genève et qui attirent une clientèle riche et aisée.

Côté économie, Genève se démarque également par le nombre de grandes entreprises qui y sont implantées. Elles y sont près de 1 000 sociétés actuellement, dont plus de 750, étrangères.

Genève est aussi un des centres de la diplomatie mondiale, la preuve, le siège principal des Nations Unies en Europe est installé à Genève. 2/3 des activités relatives y sont même traitées, la ville accueillant les porte-paroles étrangers en mission ou les représentants officiels de l’ONU, etc.

L’immobilier à Genève

Courant 2018, l’immobilier dans le canton de Geneve enregistre pourtant une nette pénurie en logements à louer ou à vendre. La raison est le manque de biens disponibles que seule, la construction de nombreux immobiliers dédiés au logement peut pallier. Ce ne sont pas tous les domaines du secteur immobilier qui en bénéficieront pourtant. C’est le marché locatif qui en profitera le plus, peu de biens nouvellement construits seraient dédiés à la vente, la majorité devant être destinés à la location.

De tels projets doivent ainsi être réalisés courant 2019 quoique cela n’aura probablement pas aucune répercussion positive sur les tarifs des loyers. La demande de logement est telle que cela ne pourrait pas faire baisser le prix moyen des loyers. Ces derniers resteront ainsi très élevés, surtout au cœur de Genève. Le marché locatif devrait ainsi connaître un certain revirement, ce qui n’est pas le cas pour celui de la vente de logements. De nombreux ménages helvètes souhaitent en effet disposer de leurs propres maisons et pensent que c’est le bon moment de le faire. Comme ils ne peuvent pas l’être en Suisse, la plupart choisissent de s’exiler en France pour le devenir.

Une telle situation ne manque pas d’avoir de lourdes conséquences sur l’économie du canton à cause de la perte d’impôts et la hausse des frais liés à l’exil des résidents. De sérieux efforts doivent ainsi être mis en œuvre pour y remédier.

Les quartiers qui montent à Geneve

En dépit de ce côté négatif, le marché de l’immobilier direct à Genève tient bon et reste même dynamique surtout dans certains quartiers qui montent. C’est notamment le cas pour ceux de Cologny et Conches, mais aussi pour le quartier central de Genève, dont le quartier des Tranchées, la Vieille Ville et les Quais. En effet, les clients sont souvent en quête d’endroits calmes, mais tous près du centre-ville, à 15 minutes à peine tout au plus et qui disposent de parkings.

Pâquis en fait aussi partie et devient même progressivement le quartier des hyper riches de ce monde. A coup de quelques travaux bien pensés, cette zone a été remise à neuf que plus d’un n’a pas résisté à son nouveau charme. Depuis, elle est devenue à la mode et on se bouscule pour y avoir une maison ou un appartement. Il en est de même pour Plainpalais et la Jonction qui se modernisent également et deviennent petit à petit les quartiers privilégiés des bourgeois bohèmes.

Les zones de développement de Genève sont aussi de plus en plus privilégiées, car on peut y acquérir des appartements à des tarifs largement inférieurs à ceux du marché. Si le nouveau propriétaire projette pourtant de revendre son bien dans les 6 premières années de son acquisition, c’est l’État qui en fixe le prix. Il ne pourra pas en décider tout seul qu’à partir de 10 ans.

Les zones où il fait bon investir à Geneve

Il est donc conseillé d’investir principalement dans ces quartiers, car ce sont les préférés des clients en quête de logements à louer ou de maisons à acheter. La plus large zone industrielle de Genève ne manque pas non plus d’intérêt, car il deviendra prochainement un quartier mixte. La liaison ferroviaire CEVA ou Cornavin–Eaux-Vives–Annemasse reliera en effet la frontière avec Genève et le projet PAV, Praille-Acacias-Vernets. C’est un projet de densification et d’aménagements urbains qui développera à coup sûr le secteur de l’immobilier de ces zones. La Suisse Romande est une autre région où de nombreux immeubles sortent de la terre grâce à la hausse des commandes. La plupart servent de logement, des opportunités nées de faibles taux d’intérêt bancaires qui permettent de réaliser ces innombrables projets immobiliers.

Quel est le prix de l’immobilier à Geneve ?

Aussi, à l’instar des autres régions helvétiques, la demande en achat de logements est toujours en hausse à Genève pour 2019. Elle concerne surtout les maisons individuelles, mais aussi la propriété par étage. Les plus petits espaces sont pourtant privilégiés pour des raisons financières, la hausse des personnes habitant seules en est aussi un autre motif. Le prix d’un m2 de surface habitable s’y situe ainsi entre 9 700 et 13 000 francs suisse, le tarif moyen tournant autour de 11 200 francs suisse. Aussi, Genève devient l’une des villes les plus chères au monde, au même titre que Londres, Paris et New York. Les plus grandes fortunes y achètent leurs résidences secondaires pour s’y reposer, ce qui en fait de bons investissements immobiliers.